Articles

Année 2018 ; Une année record – chaude et très orageuse

Hiver 2018

–> Cette année 2018 a commencé sur les chapeaux de roues. Dès le début du mois de Janvier, une douceur exceptionnelle concernait la région, avec une succession de perturbations actives. La neige tombe en abondance en haute montagne, accumulant de nombreux mètres de neige sur les reliefs Alpins les plus hauts, notamment à la frontière Suisse. Les cours d’eau prenant leur source dans les Alpes entrent régulièrement en crue et peuvent déborder en plaine (comme le Rhône).

Voici quelques illustrations des quantités de neige tombées en montagne début Janvier et de la crue du Rhône à Guilherand-Grange :

Le mois de Janvier se finit sur une anomalie très chaude, de +3.4°C au-dessus des normales saisonnières. Ainsi, Janvier 2018 se place dans le 1er rang des mois de Janvier les plus chauds depuis 1900.

–> Le mois de Février a été un mois très intéressant à suivre d’un point de vu météorologique. Dès le début du mois, une certaine fraîcheur règne sur la région, sous un flux continental – de Nord. L’anticyclone est sur les Açores et ne semble pas vouloir y bouger, laissant toute possibilité météo en France. En début du mois, nous avons également une visibilité sur les modélisations stratosphériques, qui montrent un probable splitting event pouvant nous apporter des conditions encore plus hivernales sur fin Février. Voici ci-dessous une illustration de ce splitting event (il s’agit des températures en stratosphère, à des dizaines de kilomètres sur sol).

@Météociel

A la mi-Février, un redoux temporaire l’emporte avant la chute. Dû au spilling event, une vague de froid très tardive concerne l’ensemble de la France et notamment la région. C’est surtout à partir du 22 Février que le froid gagne du terrain et devient intense. Voici quelques valeurs relevées le 27 Février au matin sur la région : -14.6°C au Puy-en-Velay, -11.6°C à Saint-Etienne, -9.3°C à Clermont-Ferrand, -9.2°C à Vichy, -9°C à Annecy, -7.9°C à Lyon, -6.9°C à Valence et -6.1°C à Montélimar.

La neige revient sur la région vers le 28 Février et laisse place à la fin de la vague de froid…

Neige sur Valence le 28 Février 2018 au matin

Pour conclure sur l’hiver 2017/2018, il s’agit d’un hiver qui s’est avéré être standard. Malgré un mois de Janvier très doux, le mois de Février a été froid (-2.2°C par rapport aux normales). Voici ci-dessous les anomalies chaudes et froides entre Décembre 2017 et Février 2018 par Météo-France.

Printemps 2018

–> Concernant le mois de Mars, il nous a réservé pas mal de surprises. Après les épisodes neigeux de Fin Février, un net radoucissement s’est imposé sur la première quinzaine. Les températures ont été largement au-dessus des normales, principalement entre le 9 et le 11 Mars avec un pic de douceur, avant une dégringolade. Le mercure a chuté sur l’ensemble de la région et des conditions hivernales sont revenues. Des chutes de neige ont notamment concernées les reliefs et le Nord de la France. Le fait important c’est que ce mois de Mars a été plus froid en moyenne que le mois de Janvier (8.4°C en moyenne pour Janvier contre 8.2°C pour Mars). Voici ci-dessous les températures maximales lors du pic de douceur sur la région (10 Mars) : jusqu’à 20.6°C à Clermont-Ferrand.

Températures maximales le 10 Mars – @Météociel

Les précipitations ont été importantes, notamment sur le Sud de la région (vallée du Rhône et Cévennes). Ailleurs elles ont été standards ou légèrement en-dessous des normales.

–> Le mois d’Avril a été globalement très doux. Le mercure dépasse parfois de 3 à 4°C les normales de saison sur la région, avec un net pic de chaleur entre le 18 et le 22 Avril. Les températures ont nettement dépassé les 25°C sur l’ensemble de la région. On a parfois dépassé les 31°C (comme le 20 Avril avec 31.6°C à Montélimar).

Températures maximales relevées le 20 Avril lors d’un pic de chaleur – @Météociel

Durant ce mois d’Avril, peu de périodes ont été en-dessous des normales saisonnières, sauf en fin Avril avec un net refroidissement. Avril se classe ainsi en tant que 3ème mois d’Avril le plus chaud depuis 1900. Les précipitations ont été déficitaires à standards sur la région.

Pour ne pas finir, le mois de Mai s’est révélé doux et très pluvieux. Après un début de mois globalement frais, et des chutes de neige très tardives à basse altitude entre le 12 et le 14 Mai (vigilance orange neige à voir ci-dessous), les conditions météo se sont très vites radoucissent. La douceur s’est maintenue sur le restant du mois.

Vigilance orange neige & verglas pour chutes de neige à basse altitude le 12 Mai 2018

Les précipitations ont été globalement standards sur la région, voire excédentaires sur le Sud de la région. La saison orageuse commence de façon forte, notamment en fin de mois.

En conclusion, le printemps a été chaud et globalement humide sur la région et globalement la France entière. Le Printemps 2018 se situe en tant que le 4ème printemps le plus chaud depuis 1959, quasiment à égalité avec 2003.

Eté 2018

–> Ce mois de Juin, premier mois de l’été 2018 a été chaud et orageux. Sur la région, c’est notamment le début et la fin de mois qui ont été les plus orageux. Le nombre d’impacts (foudre sol) est important. Ci-dessous, une vigilance orange orages de Météo-France dû 3 Juin très étendu

Vigilance orange pour dégradation orageuse du 3 Juin 2018

Quelques jours de fraîcheur ont été relevés, mais très peu (3/4 jours de fraîcheur sur l’ensemble de Juin). Ainsi, à l’échelle Française, ce mois de Juin et le 5ème plus chaud jamais relevé depuis 1900, loin derrière 2003.

Les précipitations ont été localement excédentaires sur la région, notamment sur les secteurs où les orages ont été les plus nombreux ou les plus violents. Généralement, nous restons dans des valeurs standards.

–> Concernant le mois de Juillet. Ne changeons pas la recette, Juillet 2018 a été chaud voir très chaud sur l’ensemble de la région. C’est principalement le Nord de la région qui a le plus suffoqué avec un excédent du mercure de +2 à +3°C. Un pic de chaleur nous a concerné entre le 24 et le 27 Juillet. Le mercure dépassait partout les 30°C, et parfois atteignait 36/37°C notamment sur le Nord de la région et la basse vallée du Rhône. Le 26 Juillet il a par exemple fait 37.6°C à Avignon, 36.3°C à Moulins, 37.3°C à Aubenas, 36.2°C à Montélimar, 35.2°C à Lyon, 34.6°C à Chambéry et 33.2°C à Valence. Ce mois de Juillet est le 3ème mois de Juillet le plus chaud depuis 1900.

Les précipitations ont été déficitaires dans le Nord de la région, principalement dans le Nord de l’Auvergne, alors que dans le Sud de la région avec le passage de quelques pluies parfois orageuses, restent dans des valeurs standards ou légèrement déficitaires.

–> Dans la continuité du mois de Juillet, le mois d’Août a été très chaud et globalement sec. Un épisode caniculaire concerne l’ensemble de la région jusqu’au 8 Août, alors que la couloir Rhodanien est en alerte canicule depuis fin Juillet. Les valeurs atteignent parfois 40°C dans le Vaucluse alors que sur la région, les 38°C sont localement atteints et les températures matinales ne passent pas en dessous de 20/23°C la nuit. Voici la carte de vigilance de Météo-France avant l’arrêt de la canicule (arrivé de la dégradation orageuse).


Vigilance orange canicule et orages le 07 Août 2018

Cet épisode caniculaire prend fin avec une dégradation orageuse, apportant de bons cumuls en vallée du Rhône (une forme d’épisode Méditerranéen). Ensuite, le mercure se rapproche des normales saisonnières jusqu’au 20 Août avant l’arrivé d’un nouvel épisode caniculaire (bien plus temporaire et moins intense). Ce mois d’Août a été le 4ème plus chaud depuis 1900.

Niveau précipitation, nous restons dans des valeurs déficitaires sur une majeur partie de la région, sauf à proximité des Cévennes.

En conclusion, l’été 2018 a été le 2ème été le plus chaud jamais relevé depuis 1900, juste après 2003. 3 canicules fortes et généralisées ont touché la région, une 4ème simplement la vallée du Rhône, de façon moins intense.
Concernant ces vagues de chaleur, l’année 2018 se situe à la 3ème place des vagues de chaleur les plus intenses et longues observées (quasiment à égalité avec 1947 et 2006).

Concernant l’activité orageuse, différentes dégradations nous ont touché en Mai, Juin, Juillet et Août. Les orages ont été très fréquents, parfois violents comme dans le Sud de la banlieue Lyonnais en Juillet (plusieurs centimètres de grêle au sol) ou encore entre le 7 et le 8 Août entre l’Ardèche et le Sud de la Drôme avec un semblant d’épisode Méditerranéen en plein été (145 mm à Donzère (26) en 24h00). Globalement, l’année 2018 devrait être l’année la plus orageuse depuis 1998 (en attente de rapports). Voici ci-dessous le nombre d’impacts de foudre au sol à l’échelle Française :

Automne 2018

–> Pour le mois de Septembre, l’été se poursuit. Durant la quasi totalité du mois de Septembre, la douceur voir la chaleur ont dominé. Plusieurs pics ont été relevés : du 9 au 12 et du 16 au 20 Septembre avec des anomalies de +4 à +8°C au-dessus des normales saisonnières. Les précipitations ont été très rares durant ce mois, avec un taux d’ensoleillement exceptionnellement haut. Ainsi, le mois de Septembre se retrouve au 3ème rang des mois de Septembre les plus secs depuis 1900.

Les épisodes Cévenols ou Méditerranéens ont été inexistants durant ce mois de Septembre. Une forte sécheresse se maintien à proximité du Jura, où le déficit pluviométrique commence à être important.

–> Octobre, nous pouvions nous attendre à un mois froid mais cela est une habitude : la douceur a encore dominé. Cependant, les épisodes Cévenols et Méditerranéens sont revenus. Ils n’ont pas énormément impactés la région et sont restés à proximité du littoral Méditerranéen mais par débordements, il a parfois bien plu dans le Sud de la région Rhône-Alpes. Du 10 au 14 Octobre, les températures ont pu dépasser les 20°C sur la région. Nous étions donc 5 à 10°C au-dessus des normales saisonnières. Généralement, l’ensemble du mois a été doux, voir très doux, sauf en fin de mois, ou un air beaucoup plus frais arrive du Nord-Est de la France, par une dépression positionnée en Méditerranée. Les températures ont eu du mal à s’envoler et la neige a fait son grand retour à basse altitude.

Températures maximales relevées le 28 Octobre 2018 – @Météociel

A noter que entre le 28 et le 29 Octobre, un épisode neigeux exceptionnel a touché l’agglomération Stéphanoise. Globalement l’ensemble du Massif-Central a été touché, avec parfois de la neige jusqu’en plaine. Il est tombé parfois une vingtaine de centimètres dès 500/600 m. Voici la carte de vigilance de Météo-France pour cet épisode :

Tempête Adrian : vents violents en Corse, pluies-inondations sur la côte d’Azur et neige du Massif-Central au Nord-Est

–> Le mois de Novembre est resté supérieur aux normales saisonnières, avec que très peu de périodes en-dessous des normales saisonnières à l’exception d’un pic de fraîcheur voir de froid en début de mois et du 17 au 22 Novembre. Les épisodes Cévenols et Méditerranéens sont restés réguliers, impactant parfois la région et donnant de bons cumuls de précipitations sur le Sud de Rhône-Alpes. Niveau précipitations, nous restons en déficit sur l’Est de Rhône-Alpes et sur le Nord de la région, alors que dans le Sud, nous sommes en excédent. L’ensoleillement a été déficitaire d’environ 10/30% sur la région.

En conclusion, l’automne 2018 a été doux, avec quasiment que des anomalies douces de températures. Niveau précipitations, c’est très contrasté sur la région avec de l’excédent entre la vallée du Rhône et l’Est du Massif-Central, alors que sur le Nord de la région et à proximité des Alpes, nous sommes dans un fort déficit. A l’échelle Française, cet automne il y a eu 8 épisodes pluvieux à proximité de la Méditerranée dont 2 majeurs, et une tempête majeur (Adrian) et 2 épisodes neigeux (dont un assez exceptionnel en région).

@Météo-France

Fin 2018

–> Voici le dernier mois de cette (mauvaise) année météorologiquement parlant. Ce mois de Décembre a été globalement doux, avec des passages perturbés, suivis de périodes (courtes) anticycloniques. Les précipitations ont été standards aux normales saisonnières mais avec un manque de neige en moyenne altitude. L’anticyclone en cette fin de mois domine largement.

A noter que le 9 Décembre, une violente tempête a touché la Corse avec une rafale maximum de 186 km/h relevée.

En conclusion, cette année 2018 a été une année chaudetrès chaude. Il s’agit de l’année la plus chaude jamais vécue en France depuis 1900. La moyenne des températures est de 14°C à l’échelle nationale, contre 12.6°C normalement, battant le record de 2014 (13.8°C). Niveau précipitations, on est très contrasté entre le Sud de Rhône-Alpes, où l’excédent est confortable et le Nord ainsi que à proximité des Alpes où le déficit a été marqué.

Merci d’avoir lu ce rapport jusqu’ici. Cela demande énormément de travail de rédiger cela, plusieurs heures. Fait le 31 Décembre 2018 à 18h45.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Axel

Je m'appelle Axel, j'ai 15 ans et je suis passionné par la météo depuis l'âge de 7 ans. Je me suis lancé dans la prévision il y a déjà 5 ans.

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adblock détecté

S'il vous plaît, envisagez de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité